Résumés Cochrane

Des données probantes. Des décisions éclairées. Une meilleure santé.
Language:
Français

Neuroprotection (médicaments permettant de protéger les nerfs associés à la vue) pour le traitement du glaucome chez l'adulte

Sena DF, Lindsley K
Publié en ligne : 
28 février 2013

Le glaucome est une cause importante de cécité dans le monde. Le glaucome génère des lésions sur le nerf optique qui s'aggravent avec le temps. De plus, les cellules de la rétine qui envoient des messages au nerf optique (cellules ganglionnaires rétiniennes (CGR) s'abîment et meurent. Cela affecte la vision normale en bloquant le centre, les côtés, ou la partie supérieure et inférieure de la vue d'une personne (perte du champ visuel).

Des médicaments existent, ils peuvent protéger le nerf optique des lésions et prévenir la mort des CGR chez les personnes atteintes d'un glaucome. Le traitement visant à protéger les nerfs est connu sous le nom de neuroprotection. Ce(s) médicament(s) est(sont) prescrit(s) pour un glaucome dans l'espoir de prévenir ou ralentir la perte de vision en protégeant le nerf optique. Cette revue a examiné si ces traitements protègent réellement le nerf optique et les CGR, et préviennent la perte de vision.

Nous avons trouvé une étude qui comparait deux traitements différents sous forme de gouttes, donnés à deux groupes d'adultes avec un glaucome à faible pression. Un groupe a reçu de la brimonidine, un médicament neuroprotecteur. L'autre groupe a reçu du timolol, un médicament qui diminue la pression du liquide oculaire. Les enquêteurs ont suivi ces deux groupes pendant quatre ans pour voir si un des traitements protégeait réellement le nerf optique et prévenait la perte de vision.

L'étude a commencé avec 99 participants dans le groupe sous brimonidine et 79 participants dans le groupe sous timolol. Après quatre ans, de nombreuses personnes ne faisaient plus partie de l'étude : seulement 45 participants (45 %) dans le groupe sous brimonidine et 56 (70 %) dans le groupe sous timolol. Etant donné qu'un nombre important de participants avaient abandonné, et qu'il y avait plus d'abandons avec le brimonidine qu'avec le timolol, il est difficile d'interpréter les résultats de l'étude. En gardant cela à l'esprit, après quatre années de traitement, les personnes du groupe sous brimonidine avaient conservé une meilleure vision (40/45 ou 88 %) que celles du groupe sous timolol (38/56 ou 67 %). Nous ne connaissons pas les résultats pour les personnes qui ont quitté l'étude.

Il n'a été observé aucun changement significatif de la pression oculaire (pression intraoculaire) dans l'un ou l'autre des groupes. Les informations relatives à l'acuité visuelle et au ratio vertical excavation/papille (une mesure des dommages potentiels sur le nerf optique) n'étaient pas indiquées. Les effets secondaires les plus courants étaient une réaction allergique, dans l'œil, aux médicaments ressentie par 20/99 (20 %) des personnes du groupe sous brimonidine et 3/79 (4 %) des personnes du groupe sous timolol.

Actuellement, il n'existe pas suffisamment de données permettant d'indiquer si les médicaments utilisés pour protéger le nerf optique et les cellules optiques fonctionnent.

Pour citer cette référence : 
Sena DF, Lindsley K. Neuroprotection for treatment of glaucoma in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD006539. DOI: 10.1002/14651858.CD006539.pub3
Considéré à jour : 
16 octobre 2012
Sujets de santé :