Résumés Cochrane

Des données probantes. Des décisions éclairées. Une meilleure santé.
Language:
Français

Interventions pour éviter la prise de poids après un sevrage tabagique

Farley AC, Hajek P, Lycett D, Aveyard P
Publié en ligne : 
18 janvier 2012

L'arrêt du tabagisme entraîne une prise de poids dans la majorité des cas. Ce problème concerne de nombreux fumeurs, ce qui pourrait les décourager d'entreprendre une démarche de sevrage tabagique. Certaines études révèlent que la prise de poids incite aussi les personnes à se remettre à fumer après une tentative de sevrage réussie initialement. En revanche, tout laisse penser que les tentatives visant à limiter la prise de poids peuvent réduire les chances de réussite d'un sevrage tabagique. Plusieurs médicaments et programmes comportementaux permettant de limiter la prise de poids après un sevrage ont été testés. Parmi les traitements médicamenteux, la naltréxone était le plus prometteur, mais il n'existait aucune donnée concernant ses effets sur le poids après l'arrêt du traitement et les preuves étaient insuffisantes pour évaluer ses effets sur le sevrage à long terme. La formation relative à la gestion pondérale seule ne permettait pas de limiter la prise de poids et pouvait compromettre le sevrage. Cette formation disposant d'un support personnalisé avec rétroaction concernant les objectifs personnels et d'une prescription énergétique personnelle limitait la prise de poids, mais aucune preuve ne démontrait qu'elle compromettait le sevrage. Un régime intermittent à très basses calories augmentait les chances de réussite d'un sevrage et la prise de poids à court terme, mais pas à long terme.

Certains traitements de sevrage tabagique limitaient aussi la prise de poids. Le bupropion, la fluoxétine, un TSN et la varénicline limitaient tous la prise de poids pendant le traitement. Cependant, leurs effets sur la baisse pondérale étaient moins importants après l'arrêt du traitement et les preuves étaient insuffisantes pour démontrer la persistance de ces effets à long terme. Certaines preuves suggéraient que l'exercice physique limitait la prise de poids après un sevrage, mais davantage d'études doivent être effectuées pour déterminer s'il s'agissait d'une découverte due au hasard ou pas. Les effets de toutes ces interventions étaient modestes par rapport à la prise de poids moyenne après l'arrêt d'un sevrage tabagique.